ACCUEIL
NEWS
INTERVIEWS
LIVE REPORT
CD REVIEWS
CONCERTS
FESTIVALS
BOUTIQUE
LIENS
E-MAIL

 

KINO

PICTURE

Le premier album de Kino arrive dans les bacs le 28 février. Kino, qu’est ce que c’est ? C’est une sorte de all star band du progressif contemporain. Composé de 4 musiciens qui se sont croisés plusieurs fois tout au long de leur carrière, Kino est la réunion de : John Mitchell (Arena, The Urbane), Pete Trawavas (Marillion, Transatlantic), John Beck (It Bites, John Wetton) et Chris Maitland (Blackfield, Ex-Porcupine Tree). 4 musiciens qui sont donc largement établis sur la scène progressive. La musique de Kino est donc forcement progressive mais pas très grandiloquente pour autant, le morceau le plus long ne fait que dans les 9 minutes, et la musique du groupe est suffisamment lisse et pop par moment pour ne pas paraître prétentieuse. Cela dit chez Kino ça joue quand même sévèrement bien, et surtout l’atout du groupe réside dans le fait d’avoir en ses rangs 4 très bons chanteurs qui se sont fait un malin plaisir de proposer tous les exercices vocaux possibles. Alternant chœurs, canon, envolées lyriques poignantes, l’album accorde une très grande place aux voix. La qualité des arrangements est bien sur au rendez vous tout au long de cet album, mais malheureusement les mélodies vocales sont aussi parfois la faiblesse de cet album lorsque qu’elles deviennent trop formatés pop. L’exemple le plus démonstratif est certainement Swimming In Women ou comment casser la magie d’un couplet en faisant arrivé derrière le plus laid des refrains. Heureusement la composition de l’album et les voix nous assure des moments épiques de haute volée, avec tout d’abord le premier morceau de l’album Losers Day Parade, qui est au passage le titre le plus fort de l’album sans aucun problème, qui après une intro relativement heavy présente une partie centrale très influencée The Beatles avant de déboucher dans ses 2 dernières minutes par le passage le plus somptueux de l’album ou les chœurs et le solo de guitare font merveille. Letting Go, qui rappelle un peu le Won’t Get Fooled Again des The Who, nous propose la encore un moment somptueux au niveau des arrangements vocaux. Sur Telling Me To Tell You et Perfect Tense les claviers de John Beck sont assez influencés Peter Gabriel et Sting. La légèreté est également présente dans cet album, comme en témoigne le très pop Room For 2. Cela dit malgré qu’apportant de la variété dans l’album les morceaux enjoués et légers représentent quand même les faiblesses de ce « Picture ». On y préfère largement les morceaux plus mélancoliques ou épiques. Le titre Holding On et Picture sont les parfaits exemples de l’émotion que le groupe peut transmettre avec simplicité et sobriété tandis que People transmet également beaucoup d’émotion mais en utilisant plutôt une approche lourde et agressive. En bref cet album de Kino est très agréable et facile d’accès, ce qui est parfois un reproche que l’on peut faire à l’album, et ravira les amateurs de mélodies vocales.

NOTE : 15 / 20

Line Up :
John Mitchell - Guitare, chant
Pete Trawavas - Basse, chant
John Beck - Clavier, chant
Chris Maitland - Batterie, chant

Tracklisting :
01-Loser's Day Parade
02-Letting Go
03-Telling Me To Telling You
04-Swimming In Women
05-People
06-All You See
07-Perfect Tense
08-Room For 2
09-Holding On
10-Picture