ACCUEIL
NEWS
INTERVIEWS
LIVE REPORT
CD REVIEWS
CONCERTS
FESTIVALS
BOUTIQUE
LIENS
E-MAIL

 

CORROSION OF CONFORMITY

IN THE ARMS OF GOD

« America’s volume dealer » le dernier album de Corrosion Of Conformity en date est déjà sorti il y a 5 ans. Après la fin de la tournée pour cet album en 2001 qui a vu la sortie d’un live intitulé « Live Volume », le guitariste/chanteur Pepper Keenan a rejoint Down en 2002. Pendant ce temps le bassiste Mike Dean et le guitariste Woody Weatherman se sont quant à eux attelé à leur autre groupe les Let’ Lones et à la construction d’un studio. De retour ensemble en 2004 Corrosion Of Conformity, toujours orphelin d’un batteur permanant depuis le départ de Reed Mullin, se sont donc retrouvé avec un seul objectif : offrir un putain d’album ! Et le moins que l’on puisse dire c’est que le pari a été réussi haut la main. A la batterie nous trouvons donc un vieil ami de Pepper en la personne de Stanton Moore, également batteur dans le très bon groupe de jazz/funk Galactic. Soyons clair l’apport de Moore est indiscutable sur cet album, chacune de ses interventions transpirent le swing, le bougre joue avec Corrosion Of Conformity dans un style proche de celui de Bill Ward de Black Sabbath et colle parfaitement au groupe. Le spectre de Black Sabbath semble d’ailleurs flotter davantage sur ce disque que sur ces prédécesseurs. La production quant à elle prend celle de « America’s Volume Dealer » complètement à contre-pied, le groupe revient à un son garage, crade, vintage et la encore cela lui colle vraiment mieux. Tout commence donc par 2 titres qui vont devenir à coup sur 2 classiques du groupe : Stonebreaker et Paranoid Opiod.

Le premier, qui ouvre donc l’album, débute par une intro tripante à la Pink Floyd époque « Wish You Were Here » avant de tomber dans un up-tempo rageur ou le mordant du groupe est encore plus incisif qu’avant. Pepper Keenan semble chanter encore mieux, en y ajoutant plus d’attaque et le groupe signe là une pièce angulaire dans son répertoire. C’est également le cas de Paranoid Opiod ou Pepper chante à propos de la dépendance à l’héroïne d’un de ses amis. Ce titre montre la facette la plus hardcore du groupe et pourrait se décrire comme un mélange entre les albums « Blind » et « Deliverance ». La fin du morceau est dantesque et montre toute la superbe du jeu de batterie de Stanton Moore qui enchaîne des breaks tous plus déments les uns que les autres. Dans le rayon hardcore à la Corrosion Of Conformity, Infinite War chanté par Woody Weatherspoon n’est pas mal non plus, mais un des titres forts de l’album, présentant également cette facette plus rugueuse, est l’éponyme In The Arms Of God qui fait suite à l’envoûtant Crown Of Thorns. Soyons clair cet album est d’une diversité totale, l’ordre des chansons est tout simplement parfait ce qui confère à « In The Arms Of God » une dynamique redoutable. On passe du très lourd It Is That Way au plus mélodique Rise River Rise jusqu’au Zeppelinien So Much Left Behind sans voir passer la moindre seconde. On a beau regarder, pas un seul mauvais titre dans cet album, que du bon et même du très bon. Le groupe dévoile tout simplement tout ce qu’il sait faire de mieux sur cet album, du heavy-rock sudiste agrémenté d’une pointe de Hardcore et d’une grosse dose de Black Sabbath. Un groupe inspiré, sublimé par un batteur d’exception. Corrosion Of Conformity est de retour pour de bon et ça fait plaisir !

NOTE : 19 / 20

Produit et mixé par :
John Custer
Line-Up :
Pepper Keenan - Chant/Guitare
Woody Weatherman - Guitare
Mike Dean - Basse
Stanton Moore - Batterie
Tracklisting :
01-Stonebreaker
02-Paranoid Opioid
03-It Is That Way
04-Dirty Hands And Empty Pockets/Already Gone
05-Rise River Rise
06-Never Turns To More
07-Infinite War
08-So Much Left Behind
09-Backslider
10-World On Fire
11-Crown Of Thorns
12-In The Arms Of God