ACCUEIL
NEWS
INTERVIEWS
LIVE REPORT
CD REVIEWS
CONCERTS
FESTIVALS
BOUTIQUE
LIENS
E-MAIL

 

ANTHRAX

BEYOND FEAR

15 Avril 2006

Anvers - Hof Ter Loo

Mine de rien cela fait déjà un an qu’Anthrax a annoncé la réunion du line up 85-91, voyant donc le retour de Joey Belladonna et de Dan Spitz dans le groupe, mais jusque là toujours pas de réelle tournée européenne en tête d’affiche (malgré une grosse présence sur les festivals l’été dernier). C’est désormais chose faite, avec cette tournée qui fait bizarrement l’impasse sur Paris. Pour le coup les New-yorkais ont emmené Tim « Ripper » Owens et son nouveau groupe Beyond Fear dans leurs bagages. Malheureusement pour la formation originaire de l’Ohio, leur premier album ne sortira dans les bacs qu’en mai, soit après cette tournée en ouverture d’Anthrax.
Et pourtant le public, bien qu’un peu timide, suivra avec intérêt la prestation de l’ex chanteur de Judas Priest et actuel Iced Earth. Ce dernier réussira même à faire participer la foule sur des titres qu’elle ne connaît pas encore. Chapeau, mais quoi de plus normal lorsque l’on connaît le professionnalisme de Tim Owens. La prestation de ce soir ne fera que confirmer le talent du bonhomme. Vous pouvez chercher, pas une seule fausse note. Un registre vocal varié, technique avec bien sur ces envolées dans les aigues qui ferait pâlir un Rob Halford ! Niveau communication, Tim sait également y faire et tiens la foule dans sa main. Les musiciens partageant l’aventure Beyond Fear avec lui, assurent comme des chefs mais manquent par contre singulièrement de présence scénique, ce qui concentre l’attention sur Owens.
Le groupe dispose d’un temps de jeu conséquent, ce qui lui permet de jouer 9 titres ainsi qu’un medley Judas Priest/Iced Earth. Durée appréciable en tant que première partie. Le set débute donc sur les chapeaux de roue avec les tonitruants And..You Will Die et Save Me. Plus tard l’agressif Human Race, sur lequel le batteur Eric Elkins fait des chœurs appréciables, se montrera un des points culminants de la prestation et sera suivi d’un medley qui recueillera naturellement une très bonne réaction du public.
En effet le groupe nous sort des titres de Judas Priest et Iced Earth, période Tim Owens naturellement. Burn In Hell et One On One pour Judas Priest et Red Baron pour Iced Earth, qui fonctionnera tout de même moins bien. Sur Coming At You, Ripper parvient à conquérir la foule en lui faisant chanter un refrain (à partir du deuxième bien sur !) qu’elle ne connaît pas encore. I Don’t Need This, avec son riff groovy, suivra avant que le groupe ne se retire sur le furieux Scream Machine. Bonne prestation, un groupe qui a déjà des allures de tête d’affiche et le public ne s’y trompera pas.
Setlist Beyond Fear :
01-And...You Will Die
02-Save Me
03-Words Of Wisdom
04-My Last Words
05-Your Time Has Come
06-The Human Race
07-Medley : Burn In Hell/Red Baron/One On One
08-Coming At You
09-I Don't Need This
10-Scream Machine
Suite à la prestation de Beyond Fear, l’Hof Ter Loo commence à nettement se densifier. Tout le monde est évidemment là pour voir Anthrax qui a signé 3 années consécutives des prestations excellentes, non loin d’Anvers, au Graspop festival de Dessel. Après l’habituelle intro des Blues Brother, le groupe commence son set par Among The Living. Comme d’habitude, le groupe met tout le monde d’accord d’entrée. Tout le monde se démène sur scène comme si il s’agissait du dernier concert et la communication entre le groupe et le public est omni présente. La grande slammerie peut commencer et celle-ci ne cessera qu’à la fin de la prestation. Charlie Benante conformément à son habitude tiens la baraque avec brio derrière ses fûts, tandis que Frank Bello et Scott Ian remplissent toujours avec autant de facilité la scène.
Dan Spitz demeure transparent tandis que Joey Belladonna, dans une forme vocale impressionnante ce soir là, montrera un grand enthousiasme qui fait plaisir à voir, même pour un fan de John Bush. Après un Metal Thrashing Mad des familles, le pauvre Belladonna manquera de se ramasser une bière en pleine tronche ce qui ne manquera pas de le vexer. Ce dernier en touchera un petit mot avant de lancer le groupe sur Got The Time, seul titre extrait de « Persistence Of Time » ce soir. Parlons d’ailleurs de la setlist, qui constitue finalement ce soir le seul point négatif. En effet, elle ne varie finalement qu’assez peu, et ressemblera très fortement à celles jouées l’année dernière au Graspop et à Dour. Par ailleurs le groupe ne jouera pas non plus très longtemps avec un concert d’1h25. Mais lorsque l’on voit l’ambiance de ce soir et la prestation du groupe, ces petits reproches s’effacent vite.
Un titre comme Caught In A Mosh est taillé pour la scène, et le public belge toujours très chaleureux avec les New-yorkais ne manquera pas le coche. A.I.R provoque également une certaine euphorie dans le public. Après un speach de Scott Ian sur le Graspop, le public belge et le fait qu’Anthrax n’a pas foulé les pieds dans cette salle depuis 1998 et n’a par conséquent plus joué devant autant de monde en Belgique depuis 8 ans, le groupe nous assène la seule véritable rareté de la soirée avec Skeletons In The Closet extrait de l’omni présent « Among The Living » dont le groupe jouera les 2/3. Quand Joey Belladonna fait chanter le public sur l’intro d’Antisocial, reprise de Trust, le public entame un circle pit.
Probablement un des moments forts de la prestation, lorsque le public continue de chanter les paroles du refrain une fois le morceau terminé tandis que Scott Ian profitera de l’occasion pour dire à ce dernier de continuer à chanter Antisocial en réponse à Georges W.Bush. Joey nous montrera l’étendue de sa technique vocale en introduisant le jouissif N.F.L à capella puis le groupe jouera le discutable Medusa avec un Charlie Benante qui se livrera à quelques improvisations sur les couplets. Belladonna présentera ensuite le groupe et au moment d’arriver à Frank Bello, Willie un roadie du groupe se présentera avec la basse. S’en suivra un petit numéro entre Willie et Joey avant que ce dernier ne finisse de présenter le groupe dans une ambiance chaleureuse et propice à la déconade.
Signalons d’ailleurs que le groupe donne réellement l’impressin d’être soudé ce soir là, contrairement aux prestations sur els festivals l’année dernière où Spitz et Belladonna semblaient être boudés par leur camarades de scène. L’humour a repris ici ses droits et le groupe semble beaucoup plus complice. Indians suivra avec bien evidemment un Wardance de folie au milieu du morceau, sur lequel l’Hof Ter Loo se transformera en circle pit géant. Le groupe se retirera de scène ensuite pour revenir en rappel avec le désormais habituel Be All, End All. Un fan parviendra à grimper sur scène pendant ce morceau et viendra chanter le refrain aux côtés de Scott Ian. Joey Belladonna profitera de l’occasion pour faire le pitre et de grimper sur le dos du fan en question, qui fera tourbillonner le chanteur. On reste dans la déconne et la bonne humeur avec I’m The Man qui fait plaisir à voir et sur lequel le rap improbable de Scott Ian et Frank Bello est toujours aussi poilant.
La prestation se terminera de façon prévisible par I’m The Law puis Scott Ian déclarera que le groupe reviendra l’année prochaine avec un nouvel album et une nouvelle tournée. Evidemment, cette déclaration n’a pas été faite par Belladonna, histoire de maintenir encore le suspens. Que dire de plus si ce n’est qu’Anthrax avec John Bush ou avec Joey Belladonna, reste Anthrax et demeure un des meilleurs groupes de scène dans le metal. On aurait pu espérer un quart d’heure supplémentaire, mais devant une prestation pareille, difficile de faire la fine bouche. Attendons donc maintenant la suite, qui ne manquera sans doute pas d’être passionnante !

 

Setlist Anthrax :
01-Among The Living
02-Metal Thrashing Mad
03-Got The Time
04-Caught In A Mosh
05-A.I.R
06-Skeletons In The Closet
07-Antisocial
08-N.F.L
09-Medusa
10-Indians
Encore :
11-Be All, End All
12-I'm The Man
13-I'm The Law