ACCUEIL
NEWS
INTERVIEWS
LIVE REPORT
CD REVIEWS
CONCERTS
FESTIVALS
BOUTIQUE
LIENS
E-MAIL

 

ARCH ENEMY

TRIVIUM

02 Octobre 2005

Bataclan - Paris

 

Tous 2 débarqués fraîchement de l’Ozzfest, Arch Enemy et Trivium débutent leur tournée Européenne par le Bataclan à Paris. On aurait pu craindre une chute d’affluence depuis l’annulation de Dark Tranquillity, mais c’est devant une salle bien remplie que les jeunes américains de Trivium vont se produire.Le groupe débarque sur scène avec beaucoup d’envie au rythme de Rain pour un show assez long pour une première partie, ce qui laissera au groupe le temps de placer la quasi-totalité de son album « Ascendancy » à l’exception de 3 titres dont le single Pull Harder On The String Of Your Martyr que le groupe n’a pas pu jouer en fin de set pour cause de temps. L’attitude de poseurs affichés par Trivium, le jeune âge de la formation et les refrains mielleux du groupe ne manqueront pas d’énerver les plus vieux.
Ceci dit Trivium a bénéficié pendant son set d’un enthousiasme clairement affiché chez une bonne partie du public, allant même jusqu’à déclencher des circle-pit.La formation a certainement de beaux jours devant elle lorsque l’on voit le niveau du groupe et le jeune âge de ses protagonistes. La prestation du groupe qui commence plutôt bien, s’essouffle tout de même quelque peu sur la durée à l’image du chant clair de Matt K. Heafy qui commencera à fortement peiner à partir de Declaration, avant de devenir douloureux à partir de Like Light To The Flies. Le set du groupe s’achève donc par A Gunshot To The End Of Trepidation et sa partie finale aux allures de classique des années 80. Si le metalcore épique du groupe très orienté sur les solos n’est peut être pas ce qu’il y a de plus original dans le style, Trivium demeure tout de même un groupe scénique agréable.
Setlist Trivium :
01-Rain
02-Drowned And Torn Asunder
03-The Deceived
04-Suffocating Sight
05-Ascendancy
06-Declaration
07-Like Light To The Flies
08-A Gunshot To The End Of Trepidation
Ce soir la majorité du public est quand même venu pour voir le groupe de death mélodique le plus populaire actuellement. Et dès l’arrivée des suédois sur le dernier single Nemesis, le groupe met les pendules à l’heure. On passe au niveau au dessus. Le set du groupe, sans surprise, s’articulera autour des 3 derniers albums en date, ceux de l’ère Angela Gossow. La chanteuse a d’ailleurs quelques problèmes avec sa voix ce soir comme elle le signalera en début de set en demandant au public de ne pas fumer pendant l’heure qui arrive. Voici une indication qui en dit long sur la durée du concert, Arch Enemy ne jouera que 70 minutes. Avec le nombre d’albums qu’affiche la formation cela commence à faire léger. Cela dit, le groupe délivrera ce soir un très bon concert, très bien sonorisé malgré le niveau sonore important. Angela montrera des signes de fatigue vocale en seconde moitié de set et son chant finira par être le point faible de la prestation du groupe.
Par contre côté instruments, rien à redire : Mike Amott, que l’on ne présente plus, aura assuré toutes ses parties à la perfection tout en étant très mobile et en haranguant sans cesse la foule. L’imposant Sharlee D’Angelo occupe bien l’espace et que dire de l’impeccable Daniel Erlandsson, véritable métronome humain, qui aura assuré un solo de batterie qui a eu le mérite de ne pas être chiant après Burning Angel. Le groupe compte parmi ses rangs un petit nouveau en la personne de Fredrik Akesson. Si Fredrik, qui faisait son premier concert avec le groupe, n’a pas beaucoup de charisme, le bougre possède une technique impressionnante comme en atteste le solo spot que le groupe lui laissera en fin de prestation. Une grande complicité est déjà visible entre lui et Mike. Mike Amott lui aussi aura son espace solo, et sur un concert de 70 minutes on peut se demander la nécessité d’avoir 3 solos. Sûrement pour reposer quelque peu la voix d’Angela.

Mais qu’importe Arch Enemy a l’avantage de donner un concert doté d’une grande dynamique, chose suffisamment rare dans ce style pur être soulignée.Le public exulte sur Bury Me An Angel, tiré du premier album « Black Earth » ainsi que sur Ravenous sur lequel le groupe se retirera. Un rappel est évidemment prévu. Sur ce dernier Angela Gossow, qui malgré une gestuelle un peu ridicule arrive à tenir le public dans sa main et s’impose comme une frontwoman d’exception, mènera une grosse bataille avec ses cordes vocales. Le concert se termine par le fédérateur We Will Rise et Arch Enemy laisse l’impression d’un groupe pro, qui affiche toujours une certaine banane et qui semble intouchable dans son créneau. A noter l’hétéroclisme du public, signe qu’Arch Enemy arrive à toucher une large frange du public metal.

 

Setlist Arch Enemy :
01-Nemesis
02-Heart Of Darkness
03-Dead Eyes See No Future
04-My Apocalypse
05-Burning Angel
06-Drum Solo
07-Taking Back My Soul
08-Diva Satanica
09-Guitar Solo (Mike)
10-Skeleton Dance
11-Bury Me An Angel
12-Guitar Solo (Fredrik)
13-Ravenous
Encore :
14-I Am Legend/Out For Blood
15-Dead Bury Their Dead
16-We Will Rise