ACCUEIL
NEWS
INTERVIEWS
LIVE REPORT
CD REVIEWS
CONCERTS
FESTIVALS
BOUTIQUE
LIENS
E-MAIL

 

CROWBAR

WILL HAVEN

KINGSIZE BLUES

THE SEVENTH CROSS

18 Mars 2006

Londres - Mean Fiddler

Une fois n’est pas coutume un groupe culte de la nouvelle Orléans, en l’occurrence Crowbar, tourne en Europe mais en se concentrant uniquement sur l’angleterre. Et à l’image de leurs amis originaires de la Caroline Du Nord, Corrosion Of Conformity, Crowbar sont venus visiter sa majesté en co-tête d’affiche, pour le coup avec le groupe californien Will Haven, fraîchement reformé. Cette date de Londres, qui verra son centre se transformer en ce 18 mars en une énorme manifestation anti-guerre en Iraq, commencera très tôt pour cause de couvre feu à 22h00. On reste dans le même thème avec ce concert puisque c’une véritable guerre qui va s’abattre sur le Mean Fiddler ce soir avec cette affiche rageuse. Salle d’ailleurs pratiquement vide, en raison de l’horaire, lorsque The Seventh Cross prend possession de la scène.

Groupe extrêmement motivé, pratiquant un metalcore des plus énergiques, et qui livrera un set déterminé. A l’image de leur chanteur survolté qui ira chanter tantôt dans la fosse, et tantôt au balcon à côté du bar après un joli numéro d’escalade, le groupe donne littéralement tout ce qu’il a. N’ayant pas de nouvelles de leur batteur depuis le matin même, le groupe a décidé de jouer quand même avec un de leurs amis pour les dépanner et avec Tommy Buckley de Crowbar sur leur dernier titre et le bougre s’en est tiré à merveille. Passons ensuite à Kingsize Blues, groupe évoluant dans le même registre, mais livrant un set largement inférieur à celui de The Seventh Cross. En effet, bien que donnant un set carré, le groupe ne possède aucune originalité et lasse très vite. Signalons tout de même que les Kingsize Blues bénéficieront d’un son catastrophique, ce qui bien sur n’a pas arranger les choses.
Passons maintenant à Crowbar qui commence son set à 19h45. Le groupe échange l’ordre de passage avec Will Haven sur la tournée et ce soir c’est le groupe de Sacramento qui jouera en dernier. A l’arrivé en scène de Crowbar, le Mean Fiddler est désormais bien rempli. Ce personnage impayable qu’est Kirk Windstein commencera le show par : Qui somme nous ? Réponse du public : Crowbar ! Kirk continue : Pardon, je suis un vieux, sourd et chauve, j’ai mal entendu qui sommes nous ? Crowbar ! Gros accueil affiché par le public qui va se prendre en pleine dent un Conquering des familles. Kirk, qui est désormais un bien meilleur chanteur que celui qu’il était à l’époque de « Broken Glass », donne à ce titre une toute nouvelle dimension. Sur cette tournée les albums « Crowbar », « Broken Glass » et « Lifesblood For The Downtrodden » sont à l’honneur avec 3 titres chacun.
1 titre des excellents « Old Fellows Rest » et « Sonic Excess In Its Purest Form » seront joués et le groupe fera donc totalement l’impasse sur les médiocres « Obediance Through Suffering », « Time Heals Nothing » et « Equilibrium », chose que l’on ne peut que saluer. D’emblé Crowbar impressionne par sa lourdeur et sa précision rythmique. Avec ses mimiques de bouledogue enragé et son humour, le master of the riff comme on l’appelle devient très vite attachant. Après ce premier titre, le ton est donné, on va passer une bonne soirée en famille. En effet un ami allemand de Kirk, qui a ramené en coulisse un tonneau de 15 litres de bière qu’il fabrique, ne sera pas avare et fera profiter le public avec de nombreux plateaux de bières distribuées rappelant quelque peu les concerts de Pantera.
Après l’éléphantesque New Dawn, Kirk plutôt que de faire un discours annonçant la prochaine tournée de Down se contentera de donner un petit teaser au public en jouant l’intro de Lifer. Ovation livrée par le public. Le titre qui suivra sera lui aussi très bien accueilli puisqu’il s’agit de l’excellent Lasting Dose qui montrera une grande complicité entre Kirk Windstein et Steve Gibb à la guitare. On poursuit le concert avec Self Inflected extrait de l’album « Crowbar » pendant lequel le groupe jouera un passage du titre Into The Void de Black Sabbath. Le groupe continue le concert en enchaînant 2 titres de son dernier album à savoir un Coming Down très lourd et un Slave No More qui rehausse le tempo. Après cela seconde tournée de bière au public qui bien sur est ravi.
C’est ensuite 2 titres de « Broken Glass » qui seront joués avec I Am Forever et le très hardcore Burn Your World. Sur la fin du set c’est cette fois l’album « Crowbar » qui sera à l’honneur avec High Rate Extinction et le traditionnel All I Had (I Gave) pour clore le concert. Entre ces 2 titres viendra se glisser l’excellent Planets Collide, comptant parmi les titres les plus mélodiques de Crowbar, accueilli comme un véritable classique, notre ami Mike l’Allemand viendra pousser la chansonnette sur les chœurs qui finissent le morceau. Malheureusement, Crowbar et Will Haven ne dispose que de 50 minutes chacun et le concert est donc forcement trop court.
Et c’est bien dommage car Crowbar, malgré un gros respect acquis dans le milieu, ne dispose pas de la reconnaissance d’un public plus large et le mériterait pourtant bien tant cette prestation semble écraser toute concurrence avec ce qui pourrait se qualifier de lourd. Crowbar est un char d’assaut qui écrase tout sur son passage. Espérons que la prochaine fois que le groupe tourne, il viendra montrer de quoi il est capable sur le sol français, qu’il n’a pas foulé depuis 98. Mais ce ne sera pas pour tout de suite car l’actualité immédiate pour Kirk Windstein, c’est Down.
Setlist Crowbar :
01-Conquering
02-New Dawn
03-Lasting Dose
04-Self Inflicted
05-Coming Down
06-Slave No More
07-I Am Forever
08-Burn Your World
09-High Rate Extinction
10-Planets Collide
11-All I Had (I Gave)
Vient ensuite le tour de Will Haven, reformé fin 2005 après un hiatus de 4 ans occasionné par le départ du chanteur Grady Avenell juste après la sortie de l’album « Carpe Diem ». Le groupe a profité de sa remise en route pour inclure un second guitariste en la personne de Cayle Hunter ce qui fait donc désormais du groupe un quintet. Une date londonienne qui voit le retour du chanteur Grady Avenell au sein du groupe, après que ce dernier ait manqué 2 concerts de la tournée pour aller en urgence au chevet de sa femme ayant visiblement eu quelques problèmes à Paris. Le groupe débarque avec violence sur l’excellent Stick Up Kid qui déchaîne l’audience.
Le groupe joue un set équilibré entre tous ces albums devant un public qui pouvait donner l’impression d’être venu majoritairement pour Crowbar, à en juger de la surconcentration de sweat à capuche marqués d’une fleur de Lys, mais qui finalement se montrera tout aussi réceptif à la musique des californiens. Le groupe, certes un peu moins impressionnant qu’en ouverture de Fear Factory en 99 à un moment où personne n’attendait quelque chose de lui, se montre toujours aussi passionné dans l’interprétation de ces titres. If She Could Speak et I’ve Seen My Fate déclenche une séance de slams dans la foule qui viendront surprendre la sécurité vu que de ce côté-là cela avait été très calme jusqu’ici.
Le groupe continue sa bonne prestation variant passages hypnotiques et pures agressions en jouant des classiques de son répertoire comme Ego’s Game, Saga ou bien encore Carpe Diem qui clôturera le concert. Au final donc un très bon concert avec une affiche éclectique et complémentaire, certes on aurait apprécié voir les 2 têtes d’affiche jouer plus longtemps, mais très bonne soirée qui voit la fin d’un cycle pour Crowbar et le début d’un autre pour Will Haven qui devrait sortir un album cette année, vu l'interprétation de nouveaux titres.
Setlist Will Haven :
01-Stick Up Kid
02-If She Could Speak
03-Best Song
04-I've Seen My Fate
05-Helena
06-Ego's Game
07-Jaworski
08-Battleships
09-Saga
10-Sammy
11-Carpe Diem