ACCUEIL
NEWS
INTERVIEWS
LIVE REPORT
CD REVIEWS
CONCERTS
FESTIVALS
BOUTIQUE
LIENS
E-MAIL

 

NEUROSIS

MADE OUT OF BABIES

CAPRICORNS

18 Novembre 2006

Londres - The Forum

Devenus bien trop rares sur les routes pour éviter une certaine routine, les apparitions de Neurosis sur le vieux continent, depuis la sortie en 2004 de « The Eye Of Every Storm », peuvent en effet se compter sur les doigts des 2 mains. Cette date londonienne fut donc une nouvelle fois un sacré évènement qui a réuni un public pour le moins international. En ouverture c’est le groupe local Capricorns qui prend possession de la scène devant une bien faible audience. Dès le départ, et il en sera ainsi toute la soirée, le son est lourd mais aussi très (trop ?) fort. Le trio instrumental balance son metal lourd et crade aux réminiscences de stoner en dégageant beaucoup de puissance et d’énergie. Le genre de groupe à qui l’expression power trio convient très bien ! Certains passages font penser ici et là à Mastodon, tant la musique des londoniens est dense, et l’absence de chant ne manque absolument pas. Le groupe se retire sur un excellent titre, particulièrement intense et signe une très bonne entrée en matière pour le concert de ce soir.
Ce ne sera pas le cas de Made Out Of Babies. Le groupe pratique une sorte de post hardcore menée par la chanteuse excentrique Julie Xmas. La musique du groupe tient bien la route, même si assez peu originale dans son style, mais tout repose un peu trop sur le look et l’attitude et la voix de sa chanteuse, assez irrégulière ce soir là. En effet après un début de prestation plutôt réussi, Julie nous gratifiera de moments quelque peu pénibles où elle montrera une voix essoufflée et où son rôle de performer frisera un peu le ridicule. En bref une prestation pas très convaincante de la signature de Neurot Records, le label des patrons de la soirée sûrement eux aussi déçus de l’attitude du groupe mais pour d’autres raisons. Nous y reviendrons.
Entre temps le Forum s’est bien rempli et prend des allures de salle pratiquement complète. Tout le monde attend l’arrivée de Neurosis de pieds ferme et le groupe se pointe avec The Tide extrait de « A Sun That Never Sets ». D’entrée le ton est donné : le groupe opte pour un set radicalement différent de celui donné dans cette même salle il y a 2 ans. En 2004, Neurosis faisait la part belle à son dernier opus en date « The Eye Of Every Storm » et à son album avec Jarboe (la date étant présente ce soir là) et avait au passage fait une grosse impasse sur la quasi-totalité de sa carrière. Ce soir les choses sont bien différentes, puisque seul Left To Wander représente « The Eye Of Every Storm » et que le groupe puise de façon très équilibré dans chacun de ses albums à partir de « Enemy Of The Sun ». Les vieux fans ont apprécié sans nul doute ce retour à des choses plus énervées. Une des grandes qualités du groupe, outre l’originalité de sa musique, est sa capacité à créer une ambiance qui colle et intensifie l’aspect chaotique du son du groupe.
Tout est impeccable, que ce soit au niveau du chant des psychopathes que sont Steve Von Till et Scott Kelly, des projections vidéo toujours en place avec la musique et du charisme développé par les californiens. Pas de communication entre le groupe et le public, et à près tout tant mieux car cela casserait sans aucun doute l’ambiance si spéciale. C’est donc sans être présentés, que le groupe interprétera ce soir 2 nouveaux titres issus de leur prochain album à sortir en 2007. Titres plus énervés que ceux de « The Eye Of Every Storm » mais qui seront évidemment bien difficiles à juger en une seule écoute live. Côté reproche on trouve tout de même certaines longueurs entre les morceaux par moment, sûrement imputées au fait que le groupe accorde lui-même ses guitares entre les morceaux. Si Locust Star sera mis de côté, le groupe interprétera 2 vieilleries de « Through Silver In Blood » avec Rehumanize et Eye. Surprenant, mais plus encore avec l’interprétation de titres issus de « Enemy Of The Sun ». En effet qui aurait pu prévoir l’interprétation de Burning Flesh In Year Of Pig et Cold Ascending en début de set.

Mais quoiqu’il en soit, l’album qui fait le plus mouche en concert est sans aucun doute « Times Of Grace ». En début de concert The Doorway reçoit un excellent accueil mais ce n’est rien en comparaison avec la fin du concert dur l’excellent et terrifiant Times Of Grace. Le groupe plonge la salle aux confins du chaos quant tout d’un coup Cooper et Julie de Made Out Of Babies courent de la scène pour se jeter dans le public. Réaction colérique de Scott Kelly qui arrête de jouer quelques mesures et fait part de son mécontentement à quelqu’un sur le côté. Goutte d’eau qui fait déborder le vase, Bunny des mêmes Made Out Of Babies se jette à son tour de la scène en embarquant au passage avec son pied le jack de Kelly. Pétage de plomb, le brailleur de Neurosis administre un coup de boule à son micro avant de le terminer au sol avec un low kick. Grosse colère malgré une interprétation parfaite du titre, véritable bande son de l’apocalypse qui voit une partie du groupe se retirer furax de scène, sans même regarder le public, mais qui au final ne fera qu’accentuer le chaos malsain se dégageant de cette fin de concert. Jouissif ! Plus qu’à espérer voir le groupe sur Paris prochainement tant un concert de Neurosis est une expérience hors du commun.

Setlist Neurosis :
01-The Tide
02-The Doorway
03-New Song
04-Burning Flesh In year of Pig
05-Cold Ascending
06-Prayer
07-New Song
08-Rehumanize
09-Eye
10-Left To Wander
11-Crawl Back In
12-Times of Grace