ACCUEIL
NEWS
INTERVIEWS
LIVE REPORT
CD REVIEWS
CONCERTS
FESTIVALS
BOUTIQUE
LIENS
E-MAIL

 

UNDER THE GUN TOUR

EVERY TIME I DIE

12 TRIBES

A LIFE ONCE LOST

16 Aout 2005

Nouveau Casino - Paris

Le Under The Gun Tour; tournée réunissant Every Time I Die, 12 Tribes et A Life Once Lost ; fait escale à Paris en ce lundi 16 août après un long périple au Royaume-Uni. Au départ programmé à la Scène Bastille, le concert eu finalement lieu dans le très sympathique Nouveau Casino. C’est devant un parterre très clairsemé que les hargneux A Life Once Lost vont débuter leur set après l’intro Supertzar de Black Sabbath. Le groupe pratique une musique aux rythmiques techniques (l’influence Meshuggah n’est pas loin) et possède un chanteur frénétique très charismatique. La musique du groupe assez complexe bénéficiera par bonheur d’un son irréprochable, avec une grande clarté au niveau des guitares notamment. Le set ne sera sans doute pas accueilli à sa juste valeur, mais A Life Once Lost a pourtant tout donné et n’a rien à se reprocher concernant sa prestation. A noter la participation du bassiste d’Every Time I Die, au chant sur un titre du set.
Dans la série groupes travailleurs, 12 Tribes est un bon exemple. Déjà 3 passages parisiens cette année à l’actif de la formation. Plutôt pas mal en 8 mois ! Le groupe arrive sur scène avec la banane mais malheureusement ne bénéficie pas de conditions sonores à la hauteur du groupe précédant. La formation n’en a cure et se démènera tout au long du set. Le batteur a toujours autant des mimiques de psychopathes et tape sur sa batterie avec conviction, tandis que le chanteur Adam Jackson occupe toujours aussi bien l’espace de sa large présence. Ce dernier a souvent tendance à hurler les parties qui sont chantées sur album en live, ce qui donne un rendu assez différent aux morceaux du groupe. L’ambiance dans la salle est toujours aussi timide, chose que le chanteur n’hésitera pas à signaler avec humour. En fin de set la mayonnaise commence à prendre, et le public réagit enfin, notamment avec les morceau Venus Complex et Translation Of Fixes issus de leur album « The Rebirth Of Tragedy ». A force de persévérance, voila un groupe qui devrait récolter à long terme un certain succès. C’est tout le mal qu’on leur souhaite.
La tête d’affiche de ce soir, Every Time I Die, s’impose de façon logique. En effet, la salle devient beaucoup plus dense lorsque ces derniers arrivent sur scène. Après l’intro sur fond de Boys Are Back In Town de Thin Lizzy, le groupe débarque dans sa tornade de hardcore n’roll bordélique. Pas de répit, la prestation du groupe sera intense du début à la fin, à l’image de celle donnée en juin en compagnie de Lamb Of God. L’ambiance dans la salle est encore une fois en ce début de set timide mais très vite, la tension va exploser avec les titres Kill The Music et Off Broadway. A partir de ce moment du set, des KDS se déclencheront et les premiers slammers de la soirée feront leur apparition. La prestation du groupe sera dominée par les frères Buckley et le bassiste Chris Byrnes. Malgré une prestation qui s’essoufflera un peu sur la fin, le groupe aura convaincu par son énergie contagieuse et sa bonne humeur.