ACCUEIL
NEWS
INTERVIEWS
LIVE REPORT
CD REVIEWS
CONCERTS
FESTIVALS
BOUTIQUE
LIENS
E-MAIL

 

WEDNESDAY 13

ZUUL FX

15 Novembre 2005

Paris - Boule Noire

Wednesday 13, après avoir effectué quelques festivals Européens cet été, revient sur le vieux continent pour promouvoir plus massivement son album solo « Transylvania 90210 : Songs Of Death, Dying, And The Dead ».

Le groupe est accompagné sur cette date à la Boule Noire par Zuul FX. Au premier abord, la place du groupe français en première partie de Wednesday 13 peut paraître incongrue, car mettre un groupe lorgnant davantage vers le power thrash en première partie d’un pratiquant une mixture plus proche du punk rock n’est pas forcément judicieux. Mais au final vu l’accueil réservé par le jeune public à Zuul FX, on se dit que le groupe a tout à fait sa place ici. Steeve Petit et ses nouveaux camarades investissent la scène de la boule Noire (où Steeve s’est déjà produit par le passé avec No Return) au son de l’intro inquiétante de Behind The Light. Le groupe est motivé, visiblement content d’être là et montre toute l’expérience qu’il a acquis avec cette année passée sur la route.Zuul FX est aujourd’hui une grosse machine de guerre bien huilée, avec un show carré, une bonne attitude scénique et beaucoup de charisme.
Steeve en bon frontman communique bien avec la foule qui le lui rend d’ailleurs très bien sur les titres les plus efficaces du groupe que sont Cabal, Nothing Is Real, Devil Star et Get Away. Les lights sont très bons pour un groupe se produisant dans cette salle, mais malheureusement comme souvent à la Boule Noire, le son se révèlera médiocre. La section rythmique Shag/Aurel sera trop en avant dans le mix allant jusqu’à saturer et rendre les riffs de Blast assez brouillons. La voix claire de Steeve en souffrira également, noyée dans cette débauche de décibels. Le point culminant de la prestation du groupe sera le titre I8U qui est reçu comme un classique de la part de l’assistance. Zuul FX avait pour mission de chauffer la salle, on peut dire qu’il y ait bien parvenu.
Passons maintenant à Wednesday 13 qui lui aussi est venu à Paris avec ses nouveaux amis. Ayant ajouté à son chant, le rôle de guitariste rythmique, le chanteur des Frankenstein Drag Queens From Planet 13 et des Murderdolls est venu accompagné de son nouveau groupe composé du bassiste Kid Kid, du guitariste Pig ainsi que du batteur Ghastly. Dès que la scène se monte, on sait à quoi s’attendre : du fun sur fond de film d’horreur kitch ! Au menu du show de Wednesday, une majorité de titres issus de son sympathique album solo, mais aussi un petit peu de Murderdolls et pas mal de Frankenstein Drag Queens From Planet 13. Le groupe malgré une musique résolument plus light que Zuul FX, subira également les caprices de l’acoustique de la Boule Noire avec un son de guitare un poil confus.
Vous rajoutez à cela que le groupe n’est pas franchement super carré, Wednesday 13 faisant carrément souvent du air-guitar, tentant des imitations de moulinets à la Pete Townsend des Who, mais ce sans toucher ses cordes ! Mais qu’importe seul le fun a sa place dans un concert de Wednesday 13. Ici tous les clichés du rock n’roll à l’Américaine sont réunis : look extravagant, gimmicks omni présents avec une attitude hautaine et des poses bien travaillées, tout y est ! Et finalement tant mieux, car ce genre de choses finalement ne traversent plus très souvent l’Océan Atlantique. On peut reprocher quand même un gros manque de communication de la part du groupe qui se contente plus d’enchaîner ses 18 titres le plus vite possible. Le show commence par les excellents House By The Cemetary et God Is A Lie. Le punk/glam/metal du groupe se révèle vite entraînant avec son caractère festif.
Le public est conquis et va pendant 1h15 prendre dans les oreilles le meilleur du répertoire de Wednesday 13. Tout d’abord à travers les bonnes cartouches de son nouvel album : Haunt Me, Buried By Christmas, Rot For Me. Mais aussi avec des titres de ses 2 autres groupes : Your Mother Suck Cooks In Hell, Planet Of The Apes, 197666 ou bien encore Rambo vers la fin du set. Le groupe jouera également un nouveau titre : Haddonfield, totalement dans la veine des autres titres de la soirée. Et c’est d’ailleurs un peu le problème de Wednesday 13 : son répertoire distrait, procure du fun, mais comme souvent dans le style, il est diablement répétitif. Toutefois sur 75 minutes la lassitude ne se fait pas trop grande.
Les acolytes du chanteur/guitariste ont suffisamment de charisme pour attirer l’attention un minimum sur eux, particulièrement le bassiste Kid Kid, qui ne cessera de se cracher dessus pour la plus grande joie de ses jeunes fans hystériques présentes au premier rang. La fin du show présente tout simplement ce que le groupe a de mieux à donner avec les titres aussi bons qu’hilarants comme le titre qui ouvre l’album Look What The Bats Dragged In. Sur le catchy Bad Things, le chanteur souhaitera pleins de mauvaises choses au public et plus particulièrement aux gens du fond accoudé au bar, qu’il gratifiera d’un joli majeur bien dressé. Après avoir exécuté le poilant I Love To Say Fuck des Murderdolls, titre récoltant peut être la palme de la débilité niveau paroles, le groupe se retire sur son single festif I Walked With A Zombie. Au final un concert divertissant, qui donne la banane, et c’est finalement la seule prétention de ce type de groupe : jouer du rock n’roll !
Setlist Wednesday 13 :
01-House By The Cemetery
02-God Is A Lie
03-197666
04-Dawn Of The Dead
05-Planet Of The Apes
06-I Want You Dead
07-Your Mother Sucks Cooks In Hell
08-Haddonfield
09-Haunt Me
10-Buried By Christmas
11-The Ghost Of Vincent Price
12-Ramones
13-Look What The Bats Dragged In
14-Rambo
15-Rot For Me
Encore :
16-Bad Things
17-I Love To Say Fuck
18-I Walked With A Zombie