ACCUEIL
NEWS
INTERVIEWS
LIVE REPORT
CD REVIEWS
CONCERTS
FESTIVALS
BOUTIQUE
LIENS
E-MAIL

 

CROWBAR

Entretien avec Kirk Windstein (chant/guitare)

18/03/06 - Loges du Mean Fiddler - Londres

 

Crowbar arrive à la fin de son cycle de promotion pour l'excellent "Life's Blood For The Dowtrodden". Malheureusement aucun passage à signaler en France pour la promotion de cet album et c'est donc à Londres que je suis allé m'entretenir avec l'aimable et amusant Kirk Windstein tête pensante du groupe. Interview où l'on abordera diverses questions sur toute la carrière de Crowbar mais également sur les autres groupes de Kirk à savoir : Valume Nob, Kingdom Of Sorrow et surtout Down, dont la remise en route a déjà débuté.

Salut Kirk. Tout d’abord pourquoi aura-t-il fallu attendre 4 ans avant de voir un nouvel album de Crowbar ?

En fait en 2001 nous avons pas mal tourné avec Crowbar. Puis avec Down nous avons enregistré le second album fin 2001 et avons tourné toute l’année 2002. Ensuite ma femme a eu un bébé. Je suis donc resté quelques mois auprès d’elle puis j’ai écrit le nouvel album de Crowbar. On a commencé à enregistrer en 2003. Nous n’avions pas de contrat à l’époque et je n’avais pas non plus de groupe, c’est pourquoi Rex Brown (Pantera, Down) et Craig Nunenmacher de Black Label Society jouent sur l’album. Après avoir bien marché avec Down j’ai aussi réalisé que je n’avais encore jamais fait de pause dans ma carrière. C’était donc plutôt cool de faire une pause avec le bébé et tout le reste. Prendre un peu de temps libre et reformer le groupe avec de nouveaux mecs.

Tout au long de l’histoire de Crowbar, le groupe a toujours connu de nombreux changements de line up, quelles sont les raisons principales ?

(Mike, un ami allemand de Kirk qui était parti lui chercher de l’eau) : Parce que c’est un idiot (rires gras généraux) !

Kirk : En fait la raison principale est que je suis un trou du cul (rires) ! Non, en fait c’est dur de jouer ce genre de musique car il n’y a pas tellement d’argent à se faire. Tu es plus jeune lorsque tu commences un groupe et là je vais avoir 41 ans le mois prochain tu sais. J’ai crée ce groupe en 1989. Ca fait 17 ans. J’ai toujours su que je voulais jouer de la musique toute ma vie. Mais la plupart des autres mecs…Il n’y en a pratiquement aucun qui a été viré en fait. La plupart des autres mecs sont partis du groupe, frustrés de ne pas avoir une vraie famille, de ne pas être marié, de ne pas avoir de boulot régulier etc. J’ai toujours été le seul à vouloir faire ça toute ma vie. Il y a aussi d’autres cas comme Jimmy Bower ou Craig Nunenmacher qui ont fait des allers et retours dans le groupe. Jimmy était plus du genre à consacrer son temps à Crowbar pendant un an ou 2 puis d’aller ensuite consacrer du temps à Eyehategod ou son autre groupe Clearlight. C’était donc plutôt dans cet état d’esprit avec Jimmy et Craig alors que pour Matt Thomas, Todd Strange et d’autres mecs c’était plus parce qu’ils voulaient faire quelque chose d’autre. Comme je l’ai déjà dit, c’est difficile. Tu dois vraiment aimer cette musique pour t’y consacrer parce que cela ne représente pas beaucoup d’argent. C’est difficile, nous faisons des petits boulots à la maison. Je travaille un peu sur la production, l’amplification ce genre de choses. J’ai aussi bossé sur la reconstruction des voix ferrées d’urgence en Nouvelle Orléans pour aider les gens qui ont eu leur maison détruite. J’ai bossé sur l’électricité des rails. C’était un boulot très dur, mais cela représentait pas mal d’argent et ça aidait les gens donc c’était plutôt cool. Il y a toujours des hauts et des bas dans ce business, et donc avec ton groupe. La raison principale des changements de line up est très mauvaise. C’est souvent que les mecs désirent plus d’argent, donc ils s’en vont. J’ai maintenant constitué ce nouveau line up qui m’accompagne actuellement et ils sont bien dedans.

Comment était ce de retravailler à nouveau avec Craig et Rex ?

C’était super. Pour Craig il avait une pause avec Black Label Society. Je pense que Zakk Wylde devait bosser avec Ozzy à ce moment là.

Je ne suis pas très sur qu’il a eu une pause avec Black Label Society, ils sortent un album par an…

Ouais je sais, en tout cas en ce moment Zakk bosse avec Ozzy. Ca devait être une pause entre 2 tournées ou un truc comme ça, mais oui il écrit tout le temps et ils en sortent un par an. Craig m’a juste dit que si j’avais besoin de quelqu’un il était là. Il m’a fait : Qui est le batteur ? Je lui ai répondu que je n’avais même plus de groupe. Tout le groupe s’était tiré, Oki (ndlr : Jeff Okoneski), Tony et Sammy n’était plus là. Sammy était revenu dans Goatwhore, Oki et Tony avaient déménagé en Nouvelle Orléans pour rejoindre le groupe et du coup ils sont repartis d’où ils venaient parce que j’étais tellement occupé avec Down et je ne peux pas leur en vouloir. Du coup Craig m’a dit qu’il serait heureux d’entendre les riffs et de venir poser ses rythmes sur l’album. Pour Rex, nous sommes vraiment devenus de très bons amis pendant l’enregistrement du second album de Down. Il m’a demandé quel était mon bassiste pour le nouvel album, je lui ai répondu que d’habitude c’est moi qui me charge de la basse en studio. Il m’a répondu : Fuck that ! Envoie moi un cd de démos. Je lui ai envoyé un cd avec 2 ou 3 chansons, ça l’a botté et il a donc voulu bosser sur l’album. C’était super de retravailler avec lui.

En concert la formation est donc une nouvelle fois différente, peux tu présenter tes nouveaux camarades à mes lecteurs ?

Bien sur je suis chanteur/guitariste. A coté de nous il y a Pat Bruders le bassiste. Il y a Tommy Buckley à la batterie qui joue aussi dans Soilent Green. Et enfin Steve Gibb, qui était bassiste chez Black Label Society, joue de la guitare avec nous. C’est une formation très solide !

Crowbar possède évidemment ce son si particulier et je me suis toujours demandé comment tu as pu le créer en 1989. Quelles étaient tes influences à cette époque ?

J’étais vraiment à fond dans Trouble, The Melvins. Carnivore, l’ancien groupe de Peter Steele avant qu’il ne forme Type O Negative. J’ai travaillé pour créer mon propre son à partir de certaines influences. La lenteur des Melvins qui avaient un côté sludge particulièrement sur les plus vieux albums. J’ai été très influencé par ça et j’ai mixé cet aspect avec des trucs à la Black Sabbath mais aussi avec des influences hardcore comme tu peux l’entendre dans certaines parties. J’étais pas mal dans la scène hardcore de New York avec Sick Of It All, Cro-Mags, Agnostic Front, Biohazard. J’ai pris un peu de ça aussi. Les tempos rapides dans Crowbar sont plutôt hardcore, ce n’est pas vraiment des parties typiquement metal. J’ai juste essayé de créer mon propre son.

Avec une formule si particulière, comment parviens tu à trouver toujours autant d’inspiration ? Car je trouve que la musique de Crowbar parvient toujours à rester fraîche…

Cool merci. En fait, je veux dire…C’est juste ce que je fais (rires). Lorsque j’ai pris cette pause après Down, la tournée, l’album, le bébé que j’ai eu et tout le reste, je suis arrivé à un point où je me suis posé la question suivante : Ai-je toujours le désir de rester là, ai-je toujours la flamme de faire ce que je fais ? J’y ai réfléchi pendant une minute et je me suis dit : Oh Oui (rires) ! C’est ma vie, c’est ce que je fais et j’aime ça. Dieu merci je suis capable de continuer à écrire des choses fraîches. J’ai essayé de changer certaines choses sur le dernier album. Beaucoup de gens pensent que le groupe n’a pas évolué mais je pense qu’ils ont tord, le groupe a énormément changé.

Je suis bien d’accord, sur le dernier album il y a beaucoup de dynamique par exemple.

Oui beaucoup plus de dynamique. Nous n’en avons pratiquement jamais eu par le passé. C’est cool de toujours aller de l’avant. J’ai déjà 3 chansons pour le prochain album qui sont différentes de tout ce que l’on a fait jusque ici, ce qui est cool.

Il y a aussi un côté plus mélodique et tripant chez Crowbar avec des chansons comme Lifesblood ou Old Fellows Rest par exemple. As-tu déjà pensé à jouer ces titres en concert ? Ca pourrait être vraiment bon en y incluant des petites jams, ça apporterai beaucoup de dynamique justement…

Oui tu as raison. Je suppose que le jour où nous jouerons dans une autre position, par exemple sur cette tournée nous partageons la tête d’affiche et nous disposons que de 50 minutes. Mais le jour où nous serons dans la position de pouvoir jouer 1h45 comme nous le faisons avec Down pourquoi pas. C’est quelque chose que je considérerai si nous parvenons à jouer en tête d’affiche avec de longs temps de jeu. Ca serait bien de pouvoir inclure nos trucs plus doux dans le set. C’est une possibilité, mais il faudrait déjà que je réapprenne toutes ces chansons car je ne les connais plus (rires). Je ne me souviens même plus du nom de ces chansons (rires). Si je ne joue pas nos chansons en concert, je les oublie vite.

En avril, Crowbar était censé tourner sur le Neckbreaker Tour en compagnie d’Hypocrisy, mais vous avez annulé, pourquoi ?

La tournée Down. Je savais que l’on devait tourner avec Down mais je ne pouvais rien dire. Nous commençons les répétitions avec Down la semaine prochaine. Notre premier concert est le 15 mai. La tournée Neckbreaker allait m’occuper jusque fin avril et il n’y avait donc aucune possibilité de concilier les 2 car avec Down nous n’avons pas joué ensemble depuis 3 ans et demi. On a donc besoin de beaucoup répéter. De plus, à la base nous devions joué juste en dessous d’Hypocrisy puis finalement ils ont mis un autre groupe au dessus de nous, je ne me souviens plus du nom…

Soilwork ?

Oui voilà ! Nous devions jouer en dessous d’eux aussi. Du coup nous nous serions retrouvés sur une affiche à 5 groupes, avec 2 groupes plus gros que Crowbar. Cela aurait été difficile au niveau des ventes du merchandising. Cela faisait trop de raisons d’un coup avec en plus le fait qu’il nous faut 2 mois pour répéter avec Down. Dès que je rentre à la maison je commence les répétitions. Nous voulons également essayer de commencer à écrire le prochain album. Je savais tout cela au moment où nous avons annulés mais je ne pouvais rien dire. J’ai donc agi comme un trou du cul, mais il y avait une raison (rires). Avec Crowbar l’album est nouveau mais il a maintenant un an, nous avons déjà tourner ici en Angleterre, donc j’ai considéré qu’il valait mieux accorder du temps à Down.

Et quand allez vous venir à Paris ? As-tu des projets pour Crowbar après Down ?

Oui nous allons peut être tourner à nouveau en septembre. En fait il est probable que nous écrivions un peu en septembre puis que nous partions au Japan et en Australie car nous n’avons jamais tourné là bas avec Crowbar. Ensuite nous allons continuer d’écrire pour Down, puis il est possible qu’une tournée américaine de 3 ou 4 semaines pour Crowbar suive. Mais ça serait la dernière tournée en promotion de cet album. Nous verrons lorsque j’écrirai le prochain, je m’y prépare.

Après toutes ces années avec Crowbar, vous n’avez toujours pas de véritable album live ou de DVD, des projets de ce côté-là ?

En réalité nous travaillons actuellement sur un DVD. Nous filmons quelques concerts. Nous avons aussi nos amis allemands qui ont un peu de matériel et Steve Gibb notre guitariste travaille dessus. Il est le producteur du DVD en quelque sorte, il travaille dessus à Miami avec une boité spécialisée là dedans.

La dernière fois, Pepper Keenan m’a dit que votre salle de répétition a été inondée. Avez-vous réglé vos problèmes en Nouvelle Orléans ?

Ouais. Effectivement nous n’avions aucun endroit où répéter en septembre, octobre et novembre. Nous avons maintenant une nouvelle salle de répétition. L’ancienne salle où nous étions n’a pas été inondée en elle-même car elle était au 7 ème étage d’un immeuble. Mais l’immeuble a été inondé. Il y avait 15 pieds (ndlr : environ 4.57 mètres) d’eau en hauteur. Donc les 2 premiers étages étaient baisés. Ils ont fermé l’immeuble et nettoyé tous les débris. Nous ne pouvions donc plus aller là bas pendant 3 mois.

Et as-tu eu des dommages matériels suite à Katrina ?

Oui. Steve Gibb est venu en ville pour répéter. Moi et ma femme sommes venus le chercher et l’avons emmené dans les mauvaises parties de la ville, c’est un désastre. Il a filmé pas mal de choses, c’est vraiment désastreux.

Sinon en parlant de Pepper, ce dernier m’avait dit en janvier dernier que Down allait tourner en mai en Europe. Pour le moment il y a une date confirmée au Gods Of Metal en Italie et on parle d’une date londonienne, as-tu quelques informations supplémentaires à me donner ou d’autres dates ?

Je ne suis pas certain des dates. La seule chose qui est réellement confirmée à ma connaissance est le Gods Of Metal en Italie. Il y a aussi une date en Ecosse car nous avons joué avec Crowbar l’autre jour à Glasgow et le promoteur nous a dit que Down est plus gros ici, il veut donc nous faire jouer. Sûrement des dates en Angleterre aussi. Il est probable que nous jouons en France, sûrement à Paris car nous voulons jouer uniquement pour l’instant dans les villes principales. Il n’y aura qu’une douzaine de concerts sur cette tournée. 2 semaines et demi ou 3 semaines de tournée. Entre 12 et 15 concerts maximum.

Pas vraiment de festivals en juin alors ?

Non. Nous faisons le Gods Of Metal et nous parlons aussi du Rock Hard en Allemagne, dont Mike (ndlr : l’ami allemand) parlait tout à l’heure avant que tu branches le micro. On va voir si on le fait, je pense que ça dépend de plusieurs choses, comme de l’argent que nous allons recevoir (rires). Je vais appeler tout à l’heure notre manageur pour voir où ça en est. Il est sur la cote ouest des Etats-Unis, mais il doit être maintenant 9h00 du matin là bas, il sera donc au bureau à coup sur.

Peut être le Download ou le Rock Am Ring ?

Nous voulions faire le Download et nous pouvions avoir un contrat, mais Clear Channel est le promoteur et ils veulent des dates exclusives sur le festival. Si tu fais le Download Festival, tu n’as pas le droit de faire de dates en tête d’affiche en Angleterre. Nous n’avions pas vraiment envie de jouer 35 ou 40 minutes, nous voulons au moins 90 ou 105 minutes.

Ca sera comme aux Etats-Unis en 2002, du type « An Evening With Down » ?

Oui, pas de première partie, seulement nous.

Avez-vous commencé à écrire de nouvelles choses avec Down ?

Avec Down ? Ouais. Tout le monde a beaucoup de riffs. J’ai parlé hier à Jimmy Bower et il m’a dit que lui, Phil et Pepper étaient en studio l’autre jour. Jimmy allait répéter avec Pepper lorsque je l ’ai eu au téléphone. J’ai déjà jammé avec Jimmy et nous avons déjà quelques riffs d’enregistrés. Phil Anselmo m’a déjà montré quelques riffs de tueurs qu’il a en stock. Donc ouais, nous sommes en quelque sorte en pleine phase d’écriture. Dès que je rentre à la maison, nous écrivons et nous répétons les vieilles chansons, nous allons être occupés.

Est-ce que Rex Brown tiens à nouveau la basse ?

Oui.

Avez-vous une maison de disque ?

Non. Nous avons en quelque sorte notre propre label aux Etats-Unis distribué par Universal, ce qui est plutôt gros. Je ne sais pas comment cela va se passer à l’échelle mondiale.

Tragiquement la situation est très différente aujourd’hui pour Down. Phil n’a plus Pantera, ce qui signifie peut être qu’il va vouloir considérer Down comme un groupe permanant désormais…

Oui je pense que ça va être le cas.

Down va devenir un groupe qui enregistre des albums tous les 2/3 ans ?

Oui je pense. Nous parlons de ça en ce moment. Nous aimerions vraiment faire ça. Mais je veux toujours continuer à faire Crowbar bien sur (Steve Gibb qui passait par là manifeste sa joie) (rires). Puis j’ai aussi Kingdom Of Sorrow, mon projet avec Jamey Jasta d’Hatebreed. Nous voulons faire un album, puis peut être 3 semaines de tournée aux Etats-Unis et quelques festivals en Europe mais ça n’ira pas plus loin je pense. Il est trop occupé avec Hatebreed et je suis trop occupé avec Down et Crowbar. Mais c’est un groupe qui tue, tu vas voir c’est génial.

Tu penses donc que Down ne va pas affecter Crowbar, Corrosion Of Conformity et les autres groupes…

Non, je veux dire c’est à chaque individualité de voir combien ils veulent être occupés. Les gens pensent qu’il n’y a pas assez de temps, mais il y a toujours assez de temps entre 2 tournées pour travailler sur un autre groupe. Cela dépend plutôt de si tu as envie de te relaxer ou de travailler.

Revenons sur Kingdom Of Sorrow, l’album est il terminé ?

Ce n’est pas encore mixé ou masterisé, mais l’album est terminé. Nous avons le morceau Buried In Black qui sera sur la compilation Roadrunner/MTV (ndlr : Kirk parle de la compilation Heabanger’s Ball : The Revenge) où il y aura aussi Iron Maiden, Killswitch Engage, Hatebreed et un tas d’autres groupes. Nous tournerons peut être à l’automne aux Etats-Unis. Nous n’avons pas encore de contrat mais je pense que ça sortira chez Roadrunner vu que c’est eux qui sortent la chanson Buried In Black. De plus Hatebreed sont chez Roadrunner dans le monde entier désormais.

Jamey m’a parlé en décembre dernier d’invités spéciaux en concert pour Kingdom Of Sorrow mais il ne pouvait rien me révéler à l’époque, peux tu m’en dire plus aujourd’hui ?

Nous aurons peut être des invités spéciaux effectivement, mais nous n’en savons encore rien. Kingdom Of Sorrow c’est juste moi et Jamey avec Derek de Seemless. Tout a été écrit par moi et Jamey. Il a fait pratiquement toutes les voix, j’en ai fait quelques unes. J’ai fait toutes les guitares et la basse, donc on verra ce que l’on fait en concert. Je ne peux pas non plus te révéler les mecs à qui l’on pense avec Jamey car on ne leur en a même pas parlé (rires). Ce sera soit un all star band soit juste moi, Jamey, Derek avec Steve Gibb pour nous accompagner et peut être un autre mec à la basse. On verra comment tout ça fonctionne, mais pour l’instant c’est juste moi et Jamey dans une collaboration. L’album devrait être disponible cet automne.

Je me rappelle également d’un projet, que tu avais avec Phil Anselmo qui s’appelle Body & Blood, où en est ce ?

C’est plus un truc de Phil. Il doit bosser dessus depuis les années 80 en fait. C’est vraiment un truc très cool. Il y a une chanson que je lui ai donnée, qu’il aime vraiment beaucoup, donc il l’utilise pour ce projet. A part ça, j’ai bossé quelques trucs avec lui, mais c’est surtout son projet. C’est lui qui écrit tout, qui joue la guitare etc. Je ne pense pas qu’il en fera quelque chose en concert mais par contre si il en fait un album, ça serait cool que je joue quelques trucs dessus, mais ça n’ira pas plus loin.

Quoi de neuf de ton côté avec Valume Nob ?

En réalité, les mecs viennent jouer ici en avril et mai. Et je ne pouvais pas non plus faire cette tournée (rires). Kevin Bond de Superjoint Ritual me remplace dans le groupe pour la tournée. Ils seront dans le coin, je sais qu’ils jouent à Londres le 28 avril. Ils finissent vers le 15 mai, au même moment que le début de la tournée Down. L’album sort très bientôt.

Tu as bien connu Dimebag Darrell et nous connaissons tous la section où tu es déguisé en Hulk sur la video « 3 : Watch It Go ! ». Pourrais tu me raconter une histoire amusante sur Dimebag histoire de lui rendre hommage ?

La dernière fois que je l’ai vu… Non pas la dernière fois que je l’ai vu mais la dernière fois que j’ai fait la fête avec lui plutôt. Non c’était une des dernières fois, enfin bon peu importe. Nous jouions à Dallas et il est venu nous voir au concert. Après quoi nous sommes évidemment aller dans sa maison et où nous avons bien picolé. On a commencé à jammer jusqu’à 4 ou 5 h00 du matin, je ne sais plus très bien. Je me suis endormi parce que j’étais trop bourré. Et sans que je le sache, parce j’étais en train de dormir, il a pris un marqueur indélébile et m’a dessiné le maquillage de Gene Simmons sur le visage. La totale, tout le visage, les lèvres, des cheveux sur mon crâne avec son marqueur indélébile. Je me suis ensuite réveillé et une fois arrivé à l’hôtel, j’ai été pissé. La j’ai tourné la tête vers la glace qui était à ma gauche et d’un coup : (il hurle) haaaaaaaa (rires) ! J’ai pris un savon et j’ai commencé à me nettoyer, mon visage dégoulinait et pendant une semaine tu pouvais encore voir les contours du maquillage. Ca craignait (rires). Il m’a bien eu ! C’était cool.

Etant donné que Crowbar n’est pas si connu en France, j’aimerai faire une rétrospective de la carrière du groupe avec toi.

Obedience Through Suffering : La majorité de cet album a été écrite lorsque Jimmy était encore le batteur et que nous portions le nom : The Slugs. C’est le nom d’origine du groupe.

Jimmy Bower tu veux dire ?

Oui. C’est lui et moi qui avons commencé le groupe ensemble en tant que The Slugs. La plupart des chansons de cet album sont des chansons des Slugs. C’était il y a longtemps (rires). La chose que je me rappelle surtout à propos de cet album, c’est que j’ai détesté la production. On a enregistré seulement avec 2 000 dollars, ce qui est peu. Je dirai que c’était un bon album pour débuter mais je dois reconnaître que je ne l’écoute pratiquement jamais. On ne joue aucune chanson de cet album en concert.

Crowbar : On joue toujours beaucoup de chansons de celui-ci. On jouera 3 chansons de cet album ce soir. Pour moi c’est le premier vrai album. « Obedience Through Suffering » est plus une démo. C’est l’album qui nous a fait entré dans le circuit. Aux Etats-Unis, en Angleterre, le reste de l’Europe, particulièrement en Allemagne.

Il me semble que c’est Phil Anselmo qui a produit cet album ?

Oui tout à fait. Nous avons enregistré l’album dans un garage que nous avons transformé en studio, mais il a été détruit par l’ouragan (rires).

Time Heals Nothing : J’aime cet album mais c’est un peu bizarre. Je ne joue plus aucun titre de cet album. Pour moi cet album est un peu notre « Another Perfect Day » de Motorhead. C’est un bon album, mais les chansons sont vraiment bizarres bien que je les aime bien de temps en temps. Autre chose qui était étrange à cette époque, c’est que nous savions que Craig allait quitter le groupe pour en former un nouveau avec son frère. Mais il nous a dit qu’il voulait jouer sur l’album. Donc Craig joue sur l’album et Jimmy Bower intégrait le groupe. Il avait un boulot la journée pendant cette période et il venait nous voir avec son repas au studio. Il passait tous les jours pendant une heure et il écoutait la musique, regardait ce qu’il se passait et retournait ensuite travailler. C’est une bonne chose ces allers et retours dans Crowbar et dans tous les autres groupes de la Nouvelle Orléans. Il n’est jamais question de combat. Craig m’a dit à l’époque qu’il voulait consacrer du temps au groupe qu’il avait avec son frère, je lui ai répondu : Fais le, pas de problème, c’est cool. On engage Jimmy, c’est une bonne transition. C’est ce que je me souviens le plus à propos de cet album, de cette bonne transition. C’était le dernier album avec Craig, même si c’est faux aujourd’hui vu qu’il joue sur le nouveau (rires), et je savais que Jimmy reviendrait jouer dans le groupe.

Broken Glass : Un album qui tue. Jimmy a commencé à jouer de mieux en mieux sur cet album. Un des mes préférés. On joue 3 morceaux de cet album ce soir. J’aime vraiment cet album. Je pense que « Broken Glass » est notre album le plus agressif et le plus lourd

Old Fellows Rest : Egalement un de mes favoris, pour sur. « Old Fellows Rest », jusqu’à notre dernier album, est le plus varié. C’est la première fois que nous avions de la dynamique dans notre musique, de nouveaux éléments, les trucs tripants.

Equilibrium : Je ne l’aime pas. J’avais une date limite pour écrire et enregistrer l’album. Big T (ndlr : Todd Strange) n’était plus dedans, Sid n’était plus dedans et Sammy non plus, il commençait à faire ses trucs avec Goatwhore. Je devais tout faire tout seul en à peine 3 semaines. J’ai fait du mieux que j’ai pu mais ce n’est pas un très bon album. Le pire album de loin. Je ne joue plus rien de cet album.

Je n’aime pas trop non plus cet album, mais il y a quand même de bonnes chansons dessus…

Oui il y a quelques bons trucs. Mais je pense que tous les groupes à un moment ou un autre ont un album comme ça dans leur carrière. Le groupe s’écroulait, les membres voulaient partir, je devais faire un album en même pas un mois. C’était dingue. Je pense que cela se sent dans l’album, il n’est pas terminé. J’ai juste essayé de faire de mon mieux compte tenu de la situation.

Sonic Excess In It’s Purist Form : On joue quelques chansons de celui là. Un très bon album. Je n’ai rien à foutre des ventes d’albums mais après ma déception personnelle avec « Equilibrium », j’ai eu envie de mettre tous mes efforts dans celui-ci. J’en suis très heureux, c’est un album très fort.

Life’s Blood For The Downtrodden : Le nouvel album est en quelque sorte mon favori. Mais c’est bizarre, je veux dire « Obedience Through Suffering », « Time Heals Nothing » et « Equilibrium » sont les seuls albums que je n’aime pas. Tous les autres : « Crowbar », « Broken Glass », « Old Fellows Rest », « Sonic Excess In It’s Purist Form » et “Life’s Blood For The Downtrodden” sont tous excellents pour moi.

J’ai exactement la même opinion sur la carrière de Crowbar…

Cool ! Tu sais tu dois apprendre, tu dois grandir et essayer différentes choses tout au long de ta carrière. Par exemple sur « Time Heals Nothing » tout le monde était à fond sur les tempos sludge très lents. A un moment j’ai dit : Fuck it ! On va jouer quelques trucs rapides, et j’ai donc essayé d’amener cet élément dans le groupe davantage. Quand tu essayes d’apporter des choses différentes dans un groupe, tu pourras les réutiliser plus tard sans que cela soit choquant. En quelque sorte ce sont des albums expérimentaux, qui me servaient à apporter de nouvelles choses.

Remerciements particuliers à Kirk Windstein et Daz le manageur de la tournée pour avoir rendu cette interview exclusive possible.