ACCUEIL
NEWS
INTERVIEWS
LIVE REPORT
CD REVIEWS
CONCERTS
FESTIVALS
BOUTIQUE
LIENS
E-MAIL

 

FEAR FACTORY

Entretien avec Burton C.Bell (chant), Christian Olde Wolbers (guitare/choeurs) et Byron Stroud (basse)

30/04/06 - Loges de la Locomotive - Paris

 

Le controversé "Transgression", dernier album de Fear Factory en date, est sorti il y a presque un an et pourtant le groupe n'était toujours pas venu le défendre en Europe. C'est désormais chose faite. Considérant qu'ils avaient trop d'interviews à donner et pas assez de temps, les membres du groupe ont préférés réunir 9 webzines pour une conférence de presse. Voici donc le résultat au fil conducteur quelque peu bancal où j'ai pu tout de même poser mes questions et où vous retrouverez également une selection de quelques questions d'autres collègues (cités entre paranthèses).

C’est la première fois que Fear Factory travaille avec un gros producteur comme Toby Wright. Comment était ce ? Le son de ce nouvel album est très différent…

Burton : Oui c’est juste une traduction, c’est son interprétation. Cela illustre exactement le titre de cet album : « Transgression ». C’est une expérimentation. Nous forcer à aller au delà de nos limites, nous forcer à expérimenter et c’est ce que nous avons fait. Nous n’avons jamais travaillé avec un producteur comme ça auparavant et c’était très intéressant. Le referons nous un jour ? Je n’en sais rien, probablement pas. Ca dépend du producteur en fait, mais c’était génial de travailler avec Toby Wright. Il a fait une traduction de notre son intéressante.

Christian, quoi de neuf avec Kush (ndlr : side project de Christian Olde Wolbers et Raymond Herrera en compagnie de B-Real de Cypress Hill et Stephen Carpenter de Deftones) ?

Christian : Beaucoup de problèmes avec les maisons de disque, ce genre de conneries. Plusieurs grosses maisons de disque veulent toujours avoir un morceau de quelque chose, des problèmes de politique en fait. On verra ce qu’il se passe. Mais ce n’est pas vraiment sur la première page de l’agenda de chacun de nous. Nous avons tous pas mal de trucs qui nous occupent.

(E-nderground) Travaille tu toujours avec Cypress Hill ?

Non mais je produis toujours quelques trucs avec B-Real comme son album solo qu’il est en train de faire.

Burton : Mais Cypress Hill sont morts non ?

Christian : Ils sont toujours là et ils n’ont jamais dit officiellement qu’ils arrêtaient le groupe, mais je ne les vois pas faire de nouvel album. Ils tournent toujours mais c’est principalement B-Real.

(Spiritribe) Comment arrivez vous à gérer votre emploi du temps avec Byron qui va être très occupé par son autre groupe Strapping Young Lad, avec un nouvel album et une nouvelle tournée ?

Byron : Nous essayons de concorder les emplois du temps des 2 groupes. Avec Strapping Young lad nous faisons l’Ozzfest en juillet, et l’Europe en juin. Nous sommes ici en ce moment avec Fear Factory. Pour le moment on dirait que ça marche.

Burton : Mesdames et messieurs voici le mec qui travaille le plus dans ce business (rires).

Byron : Non (rires). Mais c’est assez facile en fait. Devin Townsend et sa femme ont eu un bébé, du coup Devin prend un peu de repos ce qui me laisse le temps de faire ce que j’ai à faire avec Fear Factory.

(Spiritribe) Des projets pour un nouveau DVD ?

Christian : Ca pourrait se faire un de ces jours. Nous avons tout juste sorti un nouvel album et nous ne voulons pas sortir d’autres produits qui pourraient faire perdre l’attention des fans envers « Transgression ». Lorsque le moment sera venu nous pourrons sortir un nouveau DVD. Un bon DVD !

Burton : Un DVD convenable.

Christian : Ouais un DVD convenable fait par le groupe et non par les maisons de disque. Un DVD qui ne sera pas fait par des gens qui ne connaissent pas le groupe, ne le suivent pas où ne s’intéressent pas à nos tournées. Ca devra être fait par Fear Factory.

« Transgression » est le premier album de Fear Factory où il y a un solo, sur le titre New Promise

(Rires). J’ai fait 2 solos. Il y en a un autre sur Echo Of My Scream. Nous n’avons jamais posés de fondations ou écrit de parties spécifiques pour un solo. Sur ce titre la section où il y a un solo devait être chanté au départ, mais j’ai enregistré ce solo avant que les voix soient faites. C’était juste une petite expérimentation.

Burton : Je pense que sur le prochain album nous aurons plus de temps. Christian pourra se sentir plus à l’aise avec les chansons. Pas écrire une chanson et incorporer ensuite un solo que nous travaillons dedans. Ca doit être prévu pour. Cet album a été fait très rapidement. Il y a des choses auxquelles nous n’avons pas trop prêté attention, même sur mes parties. Ca a juste été fait rapidement. C’est une autre expérimentation. Sortir un nouvel album au bout d’un an et voir ce qu’il se passe. Maintenant nous savons ce qu’il se passe (rires).

Christian : Nous avons essayé de conserver notre élan, car pendant « Archetype » nous étions dans un bon élan. Renaitre en tant que Fear Factory et continuer. Nous ne voulions pas attendre 2 ou 3 ans pour sortir un nouvel album. C’était bien, c’était une expérience. Maintenant nous pouvons prendre notre temps pour le prochain album.

Ok, donc nous allons de nouveau devoir attendre les traditionnelles 3 années entre chaque album ?

Burton : 2015 (rires). Non pas aussi longtemps (rires). Vers 2008 je pense.

Avez-vous de nouvelles idées ?

Christian : Ouais nous avons répété sur certains trucs.

Il y a Billy Gould de Faith No More qui joue sur cet album. Que vous a-t-il apporté ?

Quelques parties de basse qui tuent (rires).

Burton : Encore une autre transgression pour Fear Factory. Nous avions la chanson Supernova et nous avons pensé qu’il serait intéressant de donner à la chanson sa propre vie. Alors que la basse suit toujours ce que la guitare fait, la plupart du temps du moins, nous avons pensé qu’il serait intéressant d’avoir quelqu’un d’autre à la basse. Billy Gould est un ami de Fear Factory depuis que nous sommes ensemble en fait. Il a fait notre toute première demo. Nous sommes amis avec lui depuis toujours et Raymond travaille dans le business avec lui. Nous lui avons juste demandé. Byron était en tournée en Europe avec Strapping Young Lad.

Christian : il vit à Paris !

Burton : Billy Gould vit à Paris.

Christian : il sera sûrement là ce soir.

Burton : Il était à San Francisco à ce moment là. Il a gracieusement accepté notre demande et il a apporté quelques trucs cool.

Tous les albums de Fear Factory sont en quelque sorte assez pessimistes par moment…

Je ne suis pas d’accord. Je dirai plutôt qu’ils sont optimistes.

Oui, mais l’ambiance de la musique est…

C’est très sombre mais cela ne signifie pas que c’est pessimiste (rires). Je te le dis car ça vient directement de moi. Dans toutes mes paroles il y a toujours de l’espoir et une manière de surmonter ses combats, pour moi c’est positif. Nous vivons tous dans une époque sombre et j’essaie d’être optimiste.

Ma question en fait était que je trouve la première moitié de « Transgression » encore plus pessimiste ou sombre et mélancolique si tu préfères que les précédents Fear Factory. Quel était ton état d’esprit à ce moment là ?

Le titre « Transgression » est venu en premier. Ca a influencé mes idées et ce dont je voulais écrire. Voir ce qu’est une transgression basée sur l’humanité ou sur la vie. Il y a aujourd’hui beaucoup d’obscurité dans notre monde. Il se passe beaucoup de choses dingues. Il y a une possibilité de guerre nucléaire. J’ai voulu peindre une image qui représenterait ce qu’il se passerait si jamais une bombe nucléaire atterrissait près de toi. 540 000 Degrees Fahrenheit parle de ça. Ce titre est une image de ce que serait une explosion nucléaire, peindre une image de ça en une demi seconde. Une guerre nucléaire. Il est question de mourir pas de vivre.

Ok, c’est pessimiste alors (rires)…

Non ce n’est pas pessimiste, c’est juste la vérité.

Christian : c’est la réalité.

Burton : oui c’est la réalité. C’est quelque chose d’horrible. Il y a sans doute un aspect très sombre dans la réalité mais je préfère me voir comme quelqu’un d’optimiste. Ce n’est pas parce que j’écris sur des choses terribles que cela signifie que c’est pessimiste. Mais bon tout le monde a son opinion je suppose (rires).

Vous avez fait le Gigantour l’année dernière où Burton a chanté Cemetery Gates de Pantera à Dallas. Comment était ce ?

Christian : Dream Theater a été très bon (rires)

Byron : (rires).

Burton : Le Gigantour a été intéressant. Notre seconde tournée avec Megadeth. Rien à foutre de tourner avec Dream Theater par contre. En réalité je les déteste.

Christian : Ils craignent !

Burton : Mais nous avons rencontré pas mal de gars cool sur cette tournée comme Russel Allen de Symphony X. Un chanteur impressionnant et un mec super cool. Nevermore a été énorme. Dry Kill Logic, Life Of Agony, nous avons déjà tourné avec ces groupes là auparavant. Dillinger Escape Plan était complètement fous. C’était une bonne tournée.

Christian : La plupart des tournées sont cool mec. Tu as tous ces bus, ces groupes. C’est comme une colonie de vacance où tu joues tous les soirs. C’est comme une grande famille en tournée même si tu n’aimes pas forcement tous les groupes (rires).

Burton : J’ai eu l’opportunité de chanter Cemetary Gates avec Dream Theater. En fait leur batteur (ndlr : Mike Portnoy) est venu me voir et m’a demandé si j’étais intéressé. Je lui ai dit que je ne connaissais pas les paroles. Il me les a donc procuré tout comme à Russel. Dave Mustaine est venu sur scène pour faire le solo. Je n’ai pas vu le métrage mais je pense que ça devait être bon. C’était amusant et j’ai entendu que Vinnie Paul avait apprécié le truc.

Qui est en ce moment votre claviériste sur scène ?

Christian : Qui est ce ? Qui est notre claviériste ? (Rires)

Burton : Nous utilisons maintenant un Korg.

Christian : Un disque dur. Toutes les parties clavier sont sur un disque dur au click.

Burton : Nous nous sommes mis à la technologie. Nous avons mis l’emprise dessus nous n’en sommes plus effrayés (rires).

Est-ce que Byron jouera sur le prochain album ou restera-t-il uniquement un musicien live ?

Christian & Burton : a toi Crunchy !

Byron : Ca dépend de ma disponibilité. J’aurai adoré jouer sur « Transgression » mais c’est une histoire d’emploi du temps.

Burton : J’aimerai que pour le prochain Byron puisse venir à Los Angeles pour composer un peu.

Byron : Si nous avons plus de temps cela se passera. Pour « Transgression » nous n’avions pas assez de temps.

Burton : Je pense que ça arrivera pour le prochain.

Byron : J’aimerai pouvoir composer et enregistrer avec vous. J’espère être disponible.

Christian : Ouais, j’en ai marre de devoir enregistrer les parties de basse putain !

Quelque chose à dire à propos de « The New Black », le prochain Strapping Young Lad ?

Byron : Il est fini. Il sonne bien. Je ne sais pas si les gens l’aimeront ou pas, mais nous pensons qu’il est bon. C’est un super album, très Strapping Young Lad.

(Spiritribe) Quels sont vos projets immédiats après cette tournée ?

Burton : J’ai un nouvel enfant, donc je pense que je vais prendre un peu soin de ma fille. J’ai un concert avec mon projet solo Ascension Of The Watcher le 8 juin.

Christian : Je suis censé produire le groupe Mnemic mais ils n’ont plus de chanteur.

Merci à Camille et Karine de Roadrunner ainsi qu'à Fear Factory.